Supervision/BCBA : c'est quoi?

Hier nous avons eu la visite du Dr Rivière. C’est la seule personne en France qui est responsable :

- d’un laboratoire de recherche (universitaire, non privé) en science du comportement humain,

- et d'un master de psychologie en analyse appliquée du comportement (également le seul en France).  

Cette science est la base théorique de la prise en charge dite « ABA » de l’autisme, mais peut aussi trouver des applications pratiques dans de nombreux domaines, dès lors qu’il s’agit de modifier le comportement humain (éducation, publicité, lutte contre les addictions…)

Elle est aussi « BCBA » (Board Certificat Behavioral Analyst), qui est une certification « privée » américaine nécessitant pour l’obtenir un parcours universitaire, un volume horaire de stages pratiques, un examen écrit, et une formation continue avec re-certification tous les 3 ans. Même s’il y a des très bons professionnels de l’ABA qui  ne sont pas BCBA, ce diplôme permet quand même d’avoir une certaine assurance sur la qualité de la formation des personnes qui en sont titulaires.(dois-je péciser qu'il y en a seulement une petite dizaine en France?)

 

Le Dr Rivière supervise notre équipe, constituée pour l’instant de 2 psychologues diplômées du master précédemment cité. L’équipe n’est pas membre de l’association, mais d’une autre association (« Pas à pas », dont je suis aussi membre) dont l’un des buts rejoint l’un des nôtres, à savoir : former des intervenants (dont le tarif horaire est moindre par rapport aux psychologues, et qui pourraient travailler sous la supervision des psychologues).

Cette supervision par un BCBA est pour nous (les parents de Paul) incontournable car nos professionnels sont encore jeunes, manquent d’expérience, et il faut avoir une vision d’ensemble, à long terme de la prise en charge, pour planifier au mieux les objectifs. De plus, des détails techniques (sur les programmes, sur la façon d’interagir avec Paul) sont revus à chaque visite (qui dure une journée, au cours de laquelle Mme Rivière voit les psychologues travailler en direct, et nous voient nous comporter avec Paul). Par ailleurs nous (les psychologues et nous-mêmes, parents) filmons un grand nombre de séances ou de situations quotidiennes, que nous envoyons au Dr Rivière, qui peut ainsi corriger des erreurs ou résoudre des problèmes.

 

Il y a beaucoup de critiques à l’encontre de l’ABA, du Dr Rivière, et pourtant c’est une personne qui connait extrêmement bien son travail, et dont les conseils sont précieux. Elle est aussi capable de jouer avec Paul et de le faire rire aux éclats. Certaines « directives » sont difficiles à mettre en application en tant que parents, mais c’est une question de confiance et on se rend compte que tout a une raison, et que les résultats sont là.

 

Je donnerais l’exemple suivant :

Paul est (était) passionné par les trams…c’était un de ses intérêts restreints, au point qu’il était impossible de sortir pour aller ailleurs que dans la rue des trams. Paul aurait pu se jeter sous les roues d’une voiture pour courir vers un tram, il marchait complètement tourné dans le sens de la venue possible d’un tram, faisait un scandale quand on quittait la fameuse rue pour une autre ou pour entrer dans un magasin…et pourtant, comme j’avais l’impression que c’était quelque chose qui l’intéressait (et il n’y en a pas beaucoup!), je regardais passer les trams avec lui pendant des heures, en en « parlant » avec lui, pour partager « quelque chose »…

Le Dr Rivière nous a conseillé de changer radicalement d’attitude, d’ignorer complètement les sollicitations de Paul pour aller voir les trams, d’ignorer ses caprices (quitte à marcher en le tenant par le poignet et le coude pour ne pas lui faire mal, et continuer à avancer), de ne surtout pas attirer son attention sur les trams. (C’est une procédure dite « d’extinction »). Ça a été très dur…mais maintenant, je peux me promener tranquillement partout avec Paul, main dans la main, entrer dans les magasins, bref…obtenir de lui le comportement que l’on attend d’un petit garçon de 4 ans ! Il regarde toujours avec beaucoup d’intérêt « ses » trams, mais il peut décrocher. Et je le sens au contraire beaucoup plus « présent » pendant la balade !

On a même pu (grande première aujourd’hui !!!) MONTER dans un tram, et en sortir sans cri/morsure/coup /scène mémorable, on ne s’est pas fait remarquer…

Bravo Paul !

Merci qui ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site