Soulagement

Tout comme lorsqu’on m’a annoncé le diagnostic d’autisme de Paul, je suis finalement soulagée de pouvoir enfin mettre des mots sur ce qui me préoccupe depuis un moment déjà dans le comportement de son frère jumeau, Luc.

Cela explique bon nombre de réactions incompréhensibles et disproportionnées chez un petit garçon de 5 ans. En effet, le TDAH (Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité), ce n’est pas uniquement ce qu’on imagine : un enfant « turbulent » et très actif sur le plan moteur.

Il y a de nombreuses présentations cliniques, mais chez Luc, ce sont les troubles d’attention qui prédominent (Il est capable d’aller jouer avec le pantalon aux chevilles après un passage au WC car il a oublié de le remonter par exemple !).

Le versant « hyperactif » se traduit chez lui surtout par une très grande impulsivité, tant dans son langage (parle TOUT LE TEMPS, coupe la parole, parle fort…) que dans ses interactions sociales (ne respecte pas le « chacun son tour », est vite envahissant, ne tient pas compte de l’autre, …).

Il a aussi beaucoup de mal à gérer ses émotions, ce qui fait également partie du syndrome (colère, frustration, anxiété, culpabilité, entre autres…).

Bien sûr ces éléments peuvent se voir chez des enfants qui n’ont pas de problème particulier : c’est la combinaison de tous ces facteurs et leur intensité qui aboutit à la conclusion d’une véritable pathologie (trouble neuro-développementale, comme l’autisme !).

Bref… Maintenant nous savons à quoi nous avons à faire : d’une part c’est déculpabilisant (en tant que mère, je doute toujours de moi et de ma capacité à élever mes enfants !), et d’autre part, on va savoir comment agir (après avoir dévoré les livres sur l’autisme, me voici avec une pile de documents sur le TDAH à assimiler, afin d’aider au mieux Luc.)

Le pronostic est bien moins sévère que celui de l’autisme, mais il y a quand même une grande souffrance chez ces enfants (perte de l’estime de soi, anxiété, dépression…), que j’espère pouvoir minimiser en sachant comment m’y prendre avec Luc. Le neuro-pédiatre a également prescrit du méthylphénidate, nous verrons si cela aide Luc à se concentrer à l’école. Enfin, bon nombre de stratégies efficaces dans l’autisme fonctionne aussi pour le TDAH, donc tout cela reste homogène pour moi et ma façon d’aborder l’éducation de nos fils !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×