MDPH

La MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) est un organisme public qui verse des allocations aux personnes porteuses de handicap. Celles-là ont un montant qui varie suivant  le taux de handicap, qui est lui-même évalué par une commission en fonction de son retentissement sur un certain nombre de points précis, correspondant à un barème officiel.

L’autisme est considéré comme un handicap, et à ce titre il est possible de constituer un dossier pour bénéficier de ces allocations. Le problème est que ces points concernent en grande partie l’autonomie, or il est difficile d’évaluer le retentissement de l’autisme sur l’autonomie d’un enfant de 3 ou 4 ans, puisque à cet âge ces compétences, même pour un enfant dit « neurotypique » sont en cours d’acquisition.

De plus, l’autisme est un handicap non fixé, auquel il ne faut pas tant (surtout chez l’enfant jeune, mais c’est aussi vrai chez l’adulte) apporter des aides palliatives, mais surtout des aides éducatives pour essayer de limiter et de réduire au maximum la nécessité d’aménagement/d’aide pour le futur. Les besoins financiers ne concernent donc pas vraiment le coût du handicap à proprement parler, mais plutôt le coût de la prise en charge éducative. C’est pourquoi la grille utilisée par la commission n’est pas adaptée, et c’est pourquoi les allocations allouées ne correspondent absolument pas aux besoins des familles concernées.

J’ai bien sûr fait mon dossier pour Paul, nous avons une allocation qui représente à peine 1/6ième du coût de sa prise en charge…sans parler de la perte de mon salaire. Ce n’est tout de même pas rien, je le reconnais, mais je suis maintenant décidée à pousser plus loin le combat : la Haute Autorité de Santé recommande une prise en charge éducative d’au moins 25 heures hebdomadaires avec un adulte pour un enfant, par des professionnels formés.

Il faut que ce qui est recommandé soit accessible au plus grand nombre, à tous ! Et au-delà des problèmes de formation des professionnels déjà évoqué sur ce site, il faut que les familles puissent être convenablement soutenues financièrement. Une journée en hôpital psychiatrique est plus coûteuse qu’une journée d’ABA ! C’est aussi dans l’intérêt général, car à long terme les enfants pris en charge correctement dès leur plus jeune âge auront un handicap moins lourd à l’âge adulte, seront mieux insérés dans la société, auront pour certains un emploi, seront moins susceptibles d’être hospitalisés…

Bref…il faut avoir de l’énergie pour se battre sur tous les fronts ! Pour Paul, et pour les autres !

Merci à ceux qui nous soutiennent…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×