La nausée

J'ai regardé ĺ´émission zone interdite du 19 janvier 2014 sur la maltraitance des enfants handicapés qui sont accueillis dans diverses structures (hôpital  psychiatrique, IME, maisons d'accueil belges...) alors que je m'étais promis de ne pas le faire...

Pour résumer, le choc produit par les images et les témoignages est à la hauteur de ce que l'on pouvait attendre de ce programme. Je n'ai cessé d´imaginer mon Paul à la place de ces enfants. ça pourrait être lui, il est comme eux, ils sont comme lui...Ce sont des proies tellement faciles, ils ne peuvent pas se plaindre, et leurs accès de colère, de violence donnent à croire à certains qu'il est légitime de les traiter de la sorte ( humiliation, inconfort, agressions physiques et verbales, camisole chimique, et pire que tout, absence totale de projet éducatif et donc d'espoir de progrès...).

Manque de moyens, manque de personnel, manque de formation...Et pourtant le cout mensuel de ces placements pour l'état français par enfant et par mois est d'environ 12000 euros!!!

Je ne comprends pas...La prise en charge de Paul, validée scientifiquement, et suivant les recommandations de l'HAS, revenait à 4000 euros pas mois, avec l'espoir qu'il ne soit justement pas plus tard une charge pour l'Etat...Or l'aide qui nous était fournie est d´environ 400 euros par mois...Je parle au passé car les heures de prise en charge de Paul ne cessent de diminuer, faute de moyens humains et financiers. 

Pour moi c'est de la complicité de maltraitance, on sait très bien ce que deviendront nos enfants autistes devenus adultes si le maximum n'est pas fait pour qu'ils progressent lorsqu'ils sont encore petits. Et au delà de l'aspect moral, c'est reporter le problème financier d'une quinzaine d'année...Nous parents ne sommes pas éternels! 

Bref...ĹEtat est prêt à payer 12000 euros par mois pour une prise en charge maltraitante, sans espoir de progrès, donc qui durera la vie entière de ces enfants, mais ne peut pas aider les parents qui ont la chance d'avoir accès aux quelques professionnels compétents, à même de faire avancer vers plus d'autonomie leur enfant.

Je vous passe en prime mon angoisse et le sentiment visiblement répandu qui consiste à se dire qu'on emportera avec nous dans l'autre monde notre enfant le moment venu, pour lui éviter l'enfer...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×